Sur un évènement, le responsable de l’innovation de la Poste m’explique le concept de la FAR. Une « Force d’Action Rapide », mise en place au sein de certains services :

La Poste compte environ 250 000 collaborateurs !!! Le fonctionnement transversal n’est pas évident. On a beau décloisonner, réduire les strates de décision, certains projets mettent beaucoup de temps à se décider et se déployer. Parfois, les enjeux sont majeurs pour le groupe. Pour gagner en agilité, en rapidité, mieux maîtriser l’urgence ou raccourcir des circuits de transmission superflus, le département innovation a mis sur pied un groupe qui peut s’agrandir ou se dupliquer : La FAR, Force d’Action Rapide.

En noyau dur, des collaborateurs ayant déjà de l’ancienneté, une bonne connaissance de l’organigramme, des services, des valeurs du groupe, peut-être un poste qui les met en relation avec différentes équipes. Certaines qualités humaines sont privilégiées dans les profils choisis : sens diplomatique, pragmatisme, humilité, efficacité, rapidité d’analyse, convivialité, patience.

Imaginons : une opération demande un développement très rapide. L’organisation, en conditions normales, ne pourra pas tenir les délais. Des collaborateurs de la FAR sont sélectionnés, informés et missionnés. Leur rôle sera d’accomplir des tâches précises qui vont accélérer les décisions, fluidifier la production, réduire le temps, les coûts, les interventions. L’ordre de mission tient lieu de pass et déclenche l’action immédiate. Dans les grandes organisations, ce sont des noeuds de congestion qui freinent l’efficacité globale. En agissant directement sur ces noeuds  souvent identifiés, connus, on génère des connections nouvelles, on teste des circuits, et au final, on libère l’action.

Un « hors-piste » accrédité, rigoureusement piloté pour renforcer l’efficacité et la performance. Voilà qui est intéressant à propager au sein des grands groupes en quête d’agilité.